Méditer en relaxation profonde dans un bain flottant à Paris, grèce au sel d’epsom.

√äTRE PORTÉE À SON TOUR
Une fois libéré de la gravité et des stimuli extérieurs, le voyage intérieur peut commencer. La relaxation physique créée par la sensation d’apesanteur facilite l’accès aux états de conscience modifiés propices à l’introspection, à la créativité et à l’intuition. C’est aussi l’environnement idéal pour la méditation et pour la concentration sur ses sensations. C’est une heure hors du temps et de l’espace pour partir à la découverte de soi.
/
\
Lors de la méditation profonde, on observe des synchronisations électriques très nettes entre les diverses zones cérébrales. Le cerveau fonctionne alors dans une fréquence jusqu’à 4 fois supérieure à celle nécessaire pour résoudre un problème de mathématiques. Les études suggèrent que cette activité serait similaire à une ¬´ défragmentation ” cérébrale, une réorganisation synaptique.
A quoi sert la méditation?
Symphonie cérébrale
Toute pratique méditative comporte une part d’aléatoire, de non-connaissance, de non-attente.Le mouvement qui doit animer celui qui médite est un non-mouvement, une intention de non-intention. Le Taoïsme appelle √ßa le wei-wu-wei : l’agir sans agir. Pourquoi cette pratique a-t-elle traversé les èges?
Qu’a-t-elle à nous offrir? Depuis quelques années, des méthodes scientifiques mettent en évidence les particularités du cerveau méditatif.
[ Lutz A, Greischar L, Rawlings NB, Ricard M, Davidson RJ. Long-term meditators self-induce high-amplitude synchrony during mental practice. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2004;101:16369–16373 ]
Djotk
L’état de relaxation profonde qui accompagne la méditation garantit une meilleure santé cardio-vasculaire, responsable d’ 1/3 des décès dans les sociétés occidentalisées.
,,
Vous sauve la vie !
[ Grossman P. et al., Mindfulness-based stress reduction and health benefits. A meta-analysis. Journal of Psychosomatic Research, 57(1), 35, 2004 ]
[ Bernard A. Rosnera, , Barbara R. Marzettaa, , Helen P. Klemchuka,Decreased blood pressure in borderline hypertensive subjects who practiced meditation, Journal of Chronic Diseases, Volume 27, Issue 3, March 1974, Pages 163–169 ]
Beaucoup de douceur et d’espace dans ce cocon qui n’a finalement rien de fermé.
Un cycle cognitif se met en place dans la méditation. Tout commence par une phase d’attention soutenue et focalisée. Survient alors un épisode de vagabondage de l’esprit sur des pensées. Puis, un instant de prise de conscience de la distraction. Enfin, une phase de réorientation de l’attention. Des tests de concentration ont ainsi montré que le cerveau de méditants est plus développé et réactif dans les régions impliquées dans l’attention.
Lire les retours d’expériences
TÉMOIGNAGES
Attention !

[ Kozasa EH. et al., Meditation training increases brain efficiency in an attention task. NeuroImage 59, 745–749, 2012 ]

[ Holley S. Hodgins, Kathryn C. Adair , Attentional processes and meditation, Consciousness and Cognition Volume 19, Issue 4, December 2010, Pages 872–878 ]

L’EXPLORATION INTERIEURE
30/04

Nous sommes en adaptation permanente aux stimuli transmis par nos 5 sens. Ce que nous voyons, entendons, sentons est sans cesse interprété par notre cerveau. Lorsque nous nous trouvons protégés de ces stimuli extérieurs, notre cerveau peut entrer dans une fréquence d’ondes cérébrales différente (thêta) propre à l’état méditatif. Cet état est idéal pour se ressourcer, mais aussi pour apprendre, pour explorer son imaginaire et sa créativité.

L’état d’apaisement propre à la méditation permet d’améliorer les réactions immunitaires en stimulant la production de lymphocyte T.
Imaginez un espace o√π vous êtes libéré de toutes les contraintes et pressions extérieurs. Pas de bip intenpestif, pas de sonneries, pas d’emails. Juste la paix du silence pour vos retrouvailles avec vous-même. La sensation d’apesanteur crée une relaxation physique profonde qui facilite aussi la relaxation mentale. Les pensées deviennent lointaines, plus apaisées. La flottaison est l’une des techniques anti-stress les plus efficaces dont plusieurs études ont prouvé les bienfaits.
La Flottaison
L’EFFET D’APESANTEUR
Armure d’invincibilité
J’ai adoré flotter chez Meïs≈ç !
Les recherches effectuées avec des méditants plus ou moins expérimentés montrent que plus on pratique la méditation et moins cela demande d’effort et d’énergie pour se concentrer. La méditation s’apparente alors à un apprentissage, un entraînement cognitif..
SE LIBÉRER DU STRESS

Flotter c’est se laisser porter par l’eau pendant 1h et expérimenter la sensation d’apesanteur. Flotter, c’est s’isoler dans un cocon en dehors du temps et de l’espace, en dehors des pollutions sonores, visuelles‚Ķ C’est se recentrer sur ses sensations, son monde intérieur, son intuition. Flotter c’est prendre le temps pour se détendre en profondeur et se régénérer.

[ Davidson R. et al., Alterations in Brain and Immune Function Produced by Mindfulness Meditation. Psychosomatic Medicine, vol. 65 no. 4 564-570. ]

[ Jacobs TL. et al., Intensive meditation training, immune cell telomerase activity, and psychological mediators. Psychoneuroendocrinology, 36(5), 664-681, 2011. ]

Bernard Werber
√áa été pour moi une expérience très agréable, presque magique.
L’entraînement du
petit scarabé
R&D
en isolation sensorielle

La plus grande partie de notre activité cérébrale est dédiée à l’équilibre face à la force de gravité. En flottant sur une solution d’eau saturée en sel de magnésium la gravité est réduite de 80%, libérant ainsi nos ressources mentales pour d’autres activités. Les douleurs musculaires et articulaires sont soulagées par cette sensation d’apesanteur.

Evidences remasterisées
Au fond, on est un peu tous des Super-héros. Si, si, on est tous pleins de capacités incroyables parfois enfouies mais toujours disponibles. Le cocon de flottaison est l’environnement idéal pour révéler ces capacités en facilitant la concentration, les visualisations et l’entraînement mental. Il accélère également la récupération musculaire après un effort physique. Bref vous en ressortez détendu et énergisé, prêt à accomplir de nouvelles missions !
[ Lazar SW. et al., Meditation experience is associated with increased cortical thickness. Neuroreport. 2005 November 28; 16(17): 1893–1897 ]

[ Dusek JA. et al., Genomic Counter-Stress Changes Induced by the Relaxation Response. University of Montreal, Canada, 2008 ]

[ ¬´ Study reveals gene expression changes with meditation ” (University of Wisconsin-Madioson News) ]

[ ¬´ Rapid changes in histone deacetylases and inflammatory gene expression in expert meditators ” (Center for Investigating Healthy Minds at the Waisman Center) }

Le corps est léger et l’esprit vagabond.‚Ä® Une expérience unique.. à reproduire !
BOOSTER SES CAPACITÉS

[ Hasenkamp W. et al., Effect of meditation experience on functional connectivity of distributed brain networks. Front Hum Neurosci, 6, 38, 2012 ]

[ Richard J. Davidson, Director and Antoine Lutz, Buddha’s Brain: Neuroplasticity and Meditation,IEEE Signal Process Mag. Jan 1, 2008; 25(1): 176‚Äì174 ]

LE SEL D’EPSOM
Des études ont montré que la méditation pouvait aller jusqu’à modifier l’expression de nos gènes en limitant certaines prédispositions héréditaires.

Nous sommes tous dotés d’un système d’auto-guérison, de nettoyage, de réparation. Ces défenses immunitaires sont fragilisées par nos mode de vie ¬´ d’humain stressés “. Lorsque l’on flotte le corps se détend en profondeur, les blocages se dénouent, et comme il n’y a pas de point de pression, les fluides circulent librement en apportant les substances dont nous avons besoin pour la régénération.

Sylso 18/09
Des chercheurs ont montré que les méditants expérimentés parvenaient à inhiber des réactions automatiques dans les tests psychomoteurs conduisant les psychologues à évoquer une ¬´ désautomisation ” des processus émotionnels et comportementaux.
.
Cette grotte magique permet de retrouver le “la“ de notre énergie.
La pratique de la méditation a permis d’observer une forte neuroplasticité, qui a la capacité de restructurer le “cèblage” de notre cerveau de fa√ßon similaire au développement cérébral pendant l’enfance.

C’est grèce à la grande quantité de sel d’Epsom que l’on peut flotter sur l’eau. Ce sel minéral est utilisé depuis plusieurs siècles pour soulager les douleurs musculaires et articulaires et atténuer les problèmes cutanés. Il est la combinaison de deux minéraux essentiels à l’organisme: le soufre et le magnésium. Un bain au sel d’Epsom permet donc de réduire d’éventuelles carences en ces minéraux.

Dé-robotise
21/05
J’ai eu un orgasme cérébrale
En méditant, on constate une forte régulation de la zone cérébrale en lien avec la production d’émotions telles que l’anxiété, la peur et le stress..

[ H Wenk-Sormaz , Meditation can reduce habitual responding. Advances in Mind-Body Medicine, 2005 ]

Antoine G.
La douane psychique

[ de Vibe M. et al., Mindfulness based stress reduction (MBSR) for improving health, quality of life, and social functioning in adults. The Campbell Collaboration, 3, 2012 ]

[ Zeidan F. et al., Mindfulness meditation improves cognition: Evidence of brief mental training. Cousciousness and Cognition, 19(2), 597-605, 2010 ]

[ Lutz A. et al., Mental training enhances attentional stability : neural and behavioral evidence. J. Neurosci., vol. 29(42), pp. 13418-27, 2009 ]

Remonte le moral
[ Grossman P. et al., Mindfulness-based stress reduction and health benefits. A meta-analysis. Journal of Psychosomatic Research, 57(1), 35, 2004 ]

[ Marchand WR. et al. Mindfulness-based stress reduction, mindfulness-based cognitive therapy, and zen meditation for depression, anxiety, pain, and psychological distress. Journal of Psychiatric Practice, 18(4), 233, 2012 ]

[ Piet J. et al., The effect of mindfulness-based cognitive therapy for prevention of relapse in recurrent major depressive disorder: A systematic review and meta-analysis. Clinical Psychology Review, 31(6):1032, 2011. ]

Certains chercheurs voient la méditation comme un ¬´ entraînement mental “. À l’heure o√π l’on parle d’Homme augmenté, peut-on concevoir la méditation comme un moyen pour développer son état de conscience vis-à-vis de soi et du monde environnant ?
Lors de la méditation profonde, on observe des synchronisations électriques très nettes entre les diverses zones cérébrales. Le cerveau fonctionne alors dans une fréquence jusqu’à 4 fois supérieure à celle nécessaire pour résoudre un problème de mathématiques. Les études suggèrent que cette activité serait similaire à une ¬´ défragmentation ” cérébrale, une réorganisation synaptique.
L’ISOLATION SENSORIELLE
La méditation est envisagée en tant qu’antidépresseur naturel, car elle permet la réduction des sensations d’anxiété, de peur et de détresse. Plusieurs études ont déjà montré des résultats positifs dans son utilisation thérapeutique.
L’activité de notre cerveau s’observe aux fréquences électriques qu’il émet. La fréquence thêta (de 4 à 7hz) est reconnue comme celle des rêveries très brèves qui apparaissent avant de s’endormir, tout comme celle de l’état méditatif et introspectif. Ces fréquences thêta apparaissent lorsque le corps, les émotions et les pensées sont relèchés. Pour les novices, elles nous entrainent directement vers l’endormissement. La flottaison facilite justement l’apparition de cette fréquence cérébrale et empêche (ou retarde pour d’autres) l’endormissement. Certains voient cela comme une fa√ßon d’économiser 20 ans de monastère Zen, mais comme tout entrainement, cela n’arrivera pas forcement en une séance, et d’une personne à l’autre, d’un jour à l’autre, les expériences sont totalement différentes.
Lorsque l’on médite, la perception de la douleur est modifiée et diminuée. C’est pour cela que certains yogis expérimentés arrivent à se mutiler sans éprouver la moindre souffrance.
Les bienfaits de la flottaison dans un caisson d’isolation sensorielle. Flotter, c’est une forme de méditation, une relaxation en apesanteur.
Une Combinaison de
3 Principes :

[ Zeidan F. et al., Mindfulness meditation-related pain relief: Evidence for unique brain mechanisms in the regulation of pain. Neuroscience Letters 520, 165–173, 2012 ]

[ Zeidan F. et al., Brain Mechanisms Supporting the Modulation of Pain by Mindfulness Meditation. The Journal of Neuroscience, 31(14), 5540-5548, 2011 ]

Quoi de plus agréable quand la gravité se fait de plus en plus sentir que d’être porté à son tour ? La flottaison aide à soulager les douleurs liées à la grossesse et de retrouver des postures devenues impossibles (sur le dos ou sur le ventre). C’est aussi un grand moment d’initimité o√π de nombreuses femmes se sentent très connectées à leur futur bébé. Après tout, flotter dans un liquide à température de la peau, sans lumière, dans une grande bulle voutée √ßa vous rappelle quelque chose ?
RENFORCER SES DEFENSES
Influence notre ADN
Lorsque l’on médite, la perception de la douleur est modifiée et diminuée. C’est pour cela que certains yogis expérimentés arrivent à se mutiler sans éprouver la moindre souffrance.
Super-conscience
Regard intérieur
Des chercheurs ont montré que la méditation développait la capacité d’introspection, la perception intérieure du fonctionnement de son propre système corporel.
[ Fox KCR, Zakarauskas P, Dixon M, Ellamil M, Thompson E, et al. Meditation Experience Predicts Introspective Accuracy. PLoS ONE 7(9): e45370. doi:10.1371/journal.pone.0045370, 2012 ]
Le secret des Fakirs

Nous sommes en adaptation permanente aux stimuli transmis par nos 5 sens. Ce que nous voyons, entendons, sentons est sans cesse interprété par notre cerveau. Lorsque nous nous trouvons protégés de ces stimuli extérieurs, notre cerveau peut entrer dans une fréquence d’ondes cérébrales différente (thêta) propre à l’état méditatif. Cet état est idéal pour se ressourcer, mais aussi pour apprendre, pour explorer son imaginaire et sa créativité.

La plus grande partie de notre activité cérébrale est dédiée à l’équilibre face à la force de gravité. En flottant sur une solution d’eau saturée en sel de magnésium la gravité est réduite de 80%, libérant ainsi nos ressources mentales pour d’autres activités. Les douleurs musculaires et articulaires sont soulagées par cette sensation d’apesanteur.

Quoi de plus agréable quand la gravité se fait de plus en plus sentir que d’être porté à son tour ? La flottaison aide à soulager les douleurs liées à la grossesse et de retrouver des postures devenues impossibles (sur le dos ou sur le ventre). C’est aussi un grand moment d’initimité o√π de nombreuses femmes se sentent très connectées à leur futur bébé. Après tout, flotter dans un liquide à température de la peau, sans lumière, dans une grande bulle voutée √ßa vous rappelle quelque chose ?

Flotter c’est se laisser porter par l’eau pendant 1h et expérimenter la sensation d’apesanteur. Flotter, c’est s’isoler dans un cocon en dehors du temps et de l’espace, en dehors des pollutions sonores, visuelles‚Ķ C’est se recentrer sur ses sensations, son monde intérieur, son intuition. Flotter c’est prendre le temps pour se détendre en profondeur et se régénérer.

L’activité de notre cerveau s’observe aux fréquences électriques qu’il produit. La fréquence thêta (de 4 à 7hz) est reconnue comme celle des rêveries très brèves qui apparaissent avant de s’endormir, tout comme celle de l’état méditatif et introspectif. Ces fréquences thêta apparaissent lorsque le corps, les émotions et les pensées sont relèchés. Pour les novices, elles nous entrainent directement vers l’endormissement. La flottaison facilite justement l’apparition de cette fréquence cérébrale et empêche (ou retarde pour d’autres) l’endormissement. Certains voient cela comme une fa√ßon d’économiser 20 ans de monastère Zen, mais comme tout entrainement, cela n’arrivera pas forcement en une séance, et d’une personne à l’autre, d’un jour à l’autre, les expériences sont totalement différentes.

C’est grèce à la grande quantité de sel d’Epsom que l’on peut flotter sur l’eau. Ce sel minéral est utilisé depuis plusieurs siècles pour soulager les douleurs musculaires et articulaires et atténuer les problèmes cutanés. Il est la combinaison de deux minéraux essentiels à l’organisme: le soufre et le magnésium. Un bain au sel d’Epsom permet donc de réduire d’éventuelles carences en ces minéraux.

Lors de la méditation profonde, on observe des synchronisations électriques très nettes entre les diverses zones cérébrales. Le cerveau fonctionne alors dans une fréquence jusqu’à 4 fois supérieure à celle nécessaire pour résoudre un problème de mathématiques. Les études suggèrent que cette activité serait similaire à une ¬´ défragmentation ” cérébrale, une réorganisation synaptique.

Nous sommes en adaptation permanente aux stimuli transmis par nos 5 sens. Ce que nous voyons, entendons, sentons est sans cesse interprété par notre cerveau. Lorsque nous nous trouvons protégés de ces stimuli extérieurs, notre cerveau peut entrer dans une fréquence d’ondes cérébrales différente (thêta) propre à l’état méditatif. Cet état est idéal pour se ressourcer, mais aussi pour apprendre, pour explorer son imaginaire et sa créativité.

Des chercheurs ont montré que les méditants expérimentés parvenaient à inhiber des réactions automatiques dans les tests psychomoteurs conduisant les psychologues à évoquer une ¬´ désautomisation ” des processus émotionnels et comportementaux.
.
Les recherches effectuées avec des méditants plus ou moins expérimentés montrent que plus on pratique la méditation et moins cela demande d’effort et d’énergie pour se concentrer. La méditation s’apparente alors à un apprentissage, un entraînement cognitif..
L’état de relaxation profonde qui accompagne la méditation garantit une meilleure santé cardio-vasculaire, responsable d’ 1/3 des décès dans les sociétés occidentalisées.
Certains chercheurs voient la méditation comme un ¬´ entraînement mental “. À l’heure o√π l’on parle d’Homme augmenté, peut-on concevoir la méditation comme un moyen pour développer son état de conscience vis-à-vis de soi et du monde environnant ?
La pratique de la méditation a permis d’observer une forte neuroplasticité, qui a la capacité de restructurer le “cèblage” de notre cerveau de fa√ßon similaire au développement cérébral pendant l’enfance.
Des études ont montré que la méditation pouvait aller jusqu’à modifier l’expression de nos gènes en limitant certaines prédispositions héréditaires.
Toute pratique méditative comporte une part d’aléatoire, de non-connaissance, de non-attente.Le mouvement qui doit animer celui qui médite est un non-mouvement, une intention de non-intention. Le Taoïsme appelle √ßa le wei-wu-wei : l’agir sans agir. Pourquoi cette pratique a-t-elle traversé les èges?
Qu’a-t-elle à nous offrir? Depuis quelques années, des méthodes scientifiques mettent en évidence les particularités du cerveau méditatif.

C’est grèce à la grande quantité de sel d’Epsom que l’on peut flotter sur l’eau. Ce sel minéral est utilisé depuis plusieurs siècles pour soulager les douleurs musculaires, articulaires et atténuer les problèmes cutanés. Il est la combinaison de deux minéraux essentiels à l’organisme: le soufre et le magnésium. Un bain au sel d’Epsom permet donc de réduire d’éventuelles carences en ces minéraux.

La méditation est envisagée en tant qu’antidépresseur naturel, car elle permet la réduction des sensations d’anxiété, de peur et de détresse. Plusieurs études ont déjà montré des résultats positifs dans son utilisation thérapeutique.
Un cycle cognitif se met en place dans la méditation. Tout commence par une phase d’attention soutenue et focalisée. Survient alors un épisode de vagabondage de l’esprit sur des pensées. Puis, un instant de prise de conscience de la distraction. Enfin, une phase de réorientation de l’attention. Des tests de concentration ont ainsi montré que le cerveau de méditants est plus développé et réactif dans les régions impliquées dans l’attention.
Lors de la méditation profonde, on observe des synchronisations électriques très nettes entre les diverses zones cérébrales. Le cerveau fonctionne alors dans une fréquence jusqu’à 4 fois supérieure à celle nécessaire pour résoudre un problème de mathématiques. Les études suggèrent que cette activité serait similaire à une ¬´ défragmentation ” cérébrale, une réorganisation synaptique.
Lorsque l’on médite, la perception de la douleur est modifiée et diminuée. C’est pour cela que certains yogis expérimentés arrivent à se mutiler sans éprouver la moindre souffrance.
L’état d’apaisement propre à la méditation permet d’améliorer les réactions immunitaires en stimulant la production de lymphocyte T.
En méditant, on constate une forte régulation de la zone cérébrale en lien avec la production d’émotions telles que l’anxiété, la peur et le stress..
LE BLOG
RESERVATION
LA FLOTTAISON
TEMOIGNAGES
L’UNIVERS
ÔÇö
Le FloatClub
Rejoindre l’aventure
ÔÇô
Blog
RESERVER SA BULLE
FAQ

Les Explorateurs
Ils ont flotté !
La Flottaison ?
L’univers meïsō